• White Facebook Icon

Suivez-nous sur  Facebook

Le devenir des animaux soignés.

La réinsertion des animaux dans leur milieu naturel se fait de façon différente suivant si nous avons accueilli un adulte ou un juvénile.
Les adultes seront relâchés à proximité de l’endroit où ils ont été trouvés sauf si les conditions et l’environnement s’avèrent peu propices à sa réintroduction.

Les espèces très menacées seront relâchées en présence d’un garde de l’ONCFS qui dressera un procès verbal.
Dans certains cas, le lâcher des animaux sera fait par la procédure dite «  au taquet » c'est-à-dire que la volière sera ouverte quand l’animal est apte physiquement et c’est à lui de choisir le moment de son départ. De la nourriture sera déposée dans cette volière les premiers jours après son départ au cas où il souhaiterait revenir. C’est la technique la plus fréquemment utilisée pour les poussins lors de leur maturité.

Les animaux relâchés peuvent faire ensuite l’objet d’un suivi grâce au système de bagues du muséum et quelquefois de balises ARGOS.
Il est vrai qu’un centre de soins sert avant tout à recueillir des espèces protégées ou menacées mais on ne peut pas négliger les autres. `
Il y a un côté psychologique à respecter: une personne qui amènera un jour un pigeon, est susceptible une autre fois de revenir avec un animal protégé.

Le centre de soins sert aussi à établir un diagnostic sur les populations locales. `
Par exemple, le botulisme ou le saturnisme reconnus rapidement sur un individu peuvent permettre de faire le nécessaire pour éviter une pandémie sur l’ensemble
de la ou des populations locales. Le centre de soins a déjà connu ce cas de figure avec une femelle faucon pèlerin victime de saturnisme.

Le Centre de Soins de la Faune Sauvage Poitevine en chiffres !

En 2018, le centre a accueilli 1417 animaux :
-
463 mammifères
-
925 oiseaux
-
29 exotiques

80% représente le taux d’animaux sauvés grâce à l’association .

Parmi les causes des admissions au centre on peut noter les raisons suivantes :

- Animaux victimes du trafic routier,
- Animaux victimes de chats,
- Animaux victimes de chocs électriques,
- Jeunes tombés du nid (taille des haies, déforestation, tirs, parents décédés),
- Causes diverses (empoisonnements, maladies, choc vitres, indéterminées).

Depuis sa première année d’existence, le centre de soins a triplé son taux d’entrées d’animaux en raison de sa reconnaissance auprès des particuliers et professionnels mais surtout en raison de son taux de réussite très au dessus de la moyenne Nationale.

Le devenir d’un tel centre...

Ce centre de soins peut constituer pour notre région un bon départ pour que chaque citoyen s’implique et soit sensibilisé au respect de la nature et des animaux qui l’entoure.

Un tel centre est surtout un maillon essentiel pour notre environnement, pas seulement aujourd’hui, mais pour les années à venir.
Nous pourrions avancer le postulat suivant : que laisserons-nous à nos enfants ? Quelle terre, quels animaux, quelle biodiversité souhaitons-nous leur transmettre ?

La passion qui m’anime, ma volonté, ma motivation et mes résultats m’encouragent à poursuivre cette merveilleuse aventure « animale », même si je sais mon action modeste et relative  par rapport à l’ensemble de la Faune menacée.

Mais voir repartir ces animaux dans leur milieu naturel est une récompense de chaque instant, et la certitude d’une contribution à la sauvegarde des espèces.